Livraison gratuite au Québec avec tout achat de 100$ et plus avant taxes.

Bernard Voyer : à la poursuite de l'horizon

À L'Angélaine, nous avons la chance que Bernard Voyer ait essayé et adopté nos chaussettes Kid mohair Originale pour nombre de ses expéditions et ascensions des plus hauts sommets du monde. Son nom se retrouve sur nos boîtes de chaussettes depuis plusieurs années déjà et nous pouvons y lire la citation suivante : " L'Angélaine, un compagnon d'aventure! ". Les gens habitués à se procurer nos chaussettes reconnaissent cette signature. C'est d'ailleurs le seul produit québécois que Bernard Voyer endosse, nous a-t-il dit!

Ce texte n'a pas pour but de mettre en lumière cette collaboration entre nous, même si nous lui en sommes infiniment reconnaissantes, mais de vous faire connaître Bernard Voyer, l'explorateur. Nous pensons que c'est un devoir pour nous que de faire rayonner le nom et les exploits de ce héros québécois aux nouvelles générations!

 
 
Bernard Voyer
source : site internet Bernard Voyer 
 
Du Rocher Blanc aux plus hauts sommets!
 
Né à Rimouski, le 7 mars 1953, son goût pour l'aventure lui vient tout naturellement. Lorsqu'il était enfant, sa première ascension fut d'escalader le rocher blanc, haut de 7-8 mètres, situé en bord de mer là où sa famille possédait un chalet. Son désir de voir au-delà de l'horizon était plus fort que tout. Qu'y a-t-il de l'autre côté de cette ligne d'horizon? Ce questionnement et ce désir de savoir ont guidé sa vie d'explorateur. Il attendra l'âge de 16 ans, en 1970,  avant de connaître sa première vraie ascension : le Mont Cascade dans les Rocheuses canadiennes.
 
Il le confesse lui-même, il n'aime pas la chaleur. Sa saison favorite, c'est l'hiver! La neige et le froid ont toujours été pour lui une source d'inspiration, un moteur. C'est donc sans surprise que toutes ses expéditions - sauf la traversée du grand Erg Occidental dans le désert du Sahara en 1989, où il trouvera de grandes similitudes entre la banquise et les dunes - se réalisent dans les coins les plus hostiles et glaciaux du monde!
 
Le curriculum d'explorateur de Bernard Voyer est très bien garni. Il compte plus d'une quarantaine d'expéditions à travers le monde, qu'il est souvent le premier canadien à réaliser. Lorsqu'enfant il lisait les aventures de Tintin ou de Bob Morane, se doutait-il qu'il accomplirait toutes ces grandes conquêtes, qu'il passerait une partie de sa vie à courir après l'horizon? En consultant le site internet de Bernard Voyer, vous constaterez par vous-même toutes ses réalisations. C'est très impressionnant!
 
Avant d'accomplir les exploits dont vous vous apprêtez à faire la lecture, sachez que tout ceci ne s'est pas fait sans préparation, sans vision, sans rêve. Avant chaque nouveau projet, un but est fixé. Pour atteindre ce but, plusieurs étapes sont nécessaires. Des expéditions et des ascensions préparatoires sont requises, pour tester de l'équipement ou encore pour s'acclimater au manque d'oxygène en haute altitude.
Ayant vécu dans les Alpes françaises entre 1980 et 1991, il possède un brevet d'État pour l'enseignement du ski nordique. Cette compétence l'a servi tout au long de ses longues traversées sur la banquise.
 
Du rêve à la réalité
 
Nous ne pouvons vous faire la liste complète de toutes les expéditions, il y en a trop! Attardons-nous sur son plus grand accomplissement, composé de neuf grandes aventures : le tour du monde par les plus hauts sommets de chacun des sept continents et l'atteinte des deux pôles géographiques. Bernard Voyer devient le premier explorateur des Amériques à réaliser cet exploit!
Mont VinsonMont Vinson en Antarctique
source : site internet Bernard Voyer 

Voici les détails de ce rêve qui a été complété en 2001!
 
En rêver durant tant d'années pour y être que quelques instants ? La dérive perpétuelle de la banquise refuse de vous y installer.  -B.V.

 

  • Pôle Sud, Antarctique, 1996. Une première nord-américaine : deux québécois se rendent au pôle Sud en parfaite autonomie.

La plus engagée, la plus difficile, la plus grande de toutes mes expéditions.  -B.V.

 

  • Aconcagua, Argentine 1997 : la plus haute montagne des Amériques.

Cette montagne sèche s'élève bien au-delà des nuages et propose un réel défi. Plus engagée qu'elle le laisse entrevoir et plus imposante que tous les autres sommets andéens. -B.V.

 

  • Everest, 1997. Lors de la première tentative, une tempête empêche l'équipe de se rendre au sommet et la prive de ce rêve. Il faut rester humble devant les éléments.
Je réalisai plus tard que la seule façon d'y arriver serait de la couper en étapes, en heures, en secondes même. Que l'Everest se grimperait un pas à la fois. -B.V.

 

  • Kilimandjaro, Tanzanie, 1998. Plus haute montagne du continent africain, la faune et la flore à sa base et à son sommet sont en complète opposition.

    Et que dire de la température!Regardée et respectée depuis toujours par les peuplades environnantes, elle a toujours su leur parler et les émouvoir. -B.V

 

  • Everest, Népal, 1999 : Le toit du monde, le troisième pôle après le pôle Sud et le pôle Nord. Pour lire les journaux de bord de cette extraordinaire expédition, suivez ce lien.
         J'ai enlevé mes gants pour toucher le ciel. -B.V.
 
  •  Mont Carstensz, Indonésie, 2000 :premier québécois sur le plus haut sommet du continent océanique.
Compliqué pour s'y rendre, compliqué de l'escalader dans une météo souvent compliquée?! Rien n'est facile pour atteindre ce sommet rocheux. Il y a toujours une aiguille à gravir derrière celle qu'on croyait la dernière?  
-B.V.

 

  • Mont Elbrous, Russie, 2000. Plus haut sommet de l'Europe, il fait cette ascension avec sa compagne Nathalie.

    Situé dans une des plus belles et redoutables chaînes de montagnes, le Caucase, l'Elbrous sait comment freiner l'ardeur des alpinistes téméraires en soufflant de puissantes rafales ou en faisant plonger le thermomètre? - B.V.

  • Denali-Mont McKinley, Alaska, 2001 : plus haut sommet d'Amérique du Nord. Accompagné de Nathalie et Dorjee, son compagnon de cordée lors de la montée de l'Everest. Ils s'étaient promis de se retrouver lors d'une aventure, ailleurs que dans la chaîne himalayenne.

    Tous les alpinistes du monde rêvent du Mont Denali - McKinley. Peut-être pour son isolement, ou parce que cette gigantesque montagne impose le plus important des dénivelés, ou pour ses tempêtes légendaires ? Mais sûrement parce qu'elle est magnifique. -B.V.
  • Mont Vinson, Antarctique, 2001 : dernière étape de son tour du monde par les plus hauts sommets de chacun des sept continents.

    Il n'existe pas de sommet plus loin que celui du Mont Vinson. Cela lui donne un attrait irrésistible. Ses neiges immaculées et si fortement balayées par ses interminables tempêtes éblouissent les alpinistes qui s'en approchent, il est impossible d'oublier cette ascension. -B.V.
 
En image et en chiffres, les sept plus hauts sommets de chacun des continents atteints par Bernard Voyer.
 
 
 
En 2002, l'année suivant son grand accomplissement, Bernard Voyer a le privilège de rencontrer son héros : l'alpiniste néo-zélandais Sir Edmund Hillary.
Celui-ci a fait partie du premier groupe d'hommes à atteindre le sommet du Mont Everest en 1953. Les deux hommes ont désormais beaucoup en commun, et cette rencontre est inoubliable pour Bernard Voyer!
Sir Hillary lui fait par la suite l'honneur de signer la préface de la version anglaise de son livre  Aniu - From snowflake to iceberg. (Aniu - Du flocon de neige à l'iceberg). Témoignant de cette rencontre, Bernard Voyer a dit :
 
J'étais très impressionné par son regard, sa stature mais surtout, j'étais en présence de celui qui a su le premier contempler l'horizon du plus haut des sommets et ainsi écrire une page de l'histoire, un Christophe Colomb contemporain. "
 
Est-ce que son héros était aussi impressionné que lui de le rencontrer? L'histoire ne le dit pas. Ce qui est sûr, c'est que beaucoup de gens et d'organisations l'ont été. Il a reçu, depuis 1996, nombre de prix et de distinctions. Dont ceux-ci :
  1. Son nom est donné à plusieurs sentiers à Rimouski, dont un menant au Rocher Blanc, lieu de prédilection de son enfance.
  2. Le plus haut sommet de la réserve faunique de Rimouski est nommé du nom de l'explorateur.
  3. Deux fois nommé personnalité de la semaine dans le journal La Presse, en 1996 et en 2001.
  4. Il a été fait Chevalier de l'Ordre national du Québec et a reçu la médaille de l'assemblée Nationale du Québec en 1997.
  5. Il a été fait Officier de l'Ordre du Canada en 2001.
  6. Il est nommé parmi les 50 plus grands Canadiens en 2002, par la Gouverneur Générale Adrienne Clarkson.
  7. Postes Canada imprime des timbres en hommage à son tour du monde par les plus hauts sommets de chaque continent en 2002.
  8. Il reçoit les médailles du Jubilé d'or (2002) et de diamant (2012) de la Reine Élizabeth II.
  9. Il a reçu le prix Reconnaissance de la Fondation Edmund Hillary du Canada, remis par Edmund Hillary lui-même, en 2003.
  10. Il a été fait Chevalier de la Légion d'honneur en France en 2007.
  11. Il a été porteur de la flamme Olympique en 2009.
  12. Il reçoit la Médaille du Service Méritoire par le gouverneur général en 2015.
  13. Apparition de son nom dans l'édition 2022 du dictionnaire Le Petit Robert illustré.
  14. De 1996 à 2019, Bernard Voyer reçoit 4 doctorats honorifiques de plusieurs universités québécoises, dont le dernier remis par l'Université Laval pour son dévouement envers les jeunes et sa contribution à la recherche nordique.
Témoigner de ce qu'il a vu
 
Après plus de 30 ans à sillonner la planète et à gravir ses plus hauts sommets, Bernard Voyer est devenu un témoin privilégié des changements climatiques. Il a constaté les bouleversements qui s'opèrent en silence dans les coins les plus reculés du monde, et les défis qui guettent l'humain à court terme. Qui de mieux placé que lui, qui l'a vu de ses propres yeux, pour le communiquer lors de conférences et ainsi sensibiliser le public aux enjeux environnementaux.
 
Orateur passionné, chaleureux et de grand talent, il sait transposer ses expériences et ses aventures à la vie de tous les jours. Aider les gens à atteindre leurs objectifs, leurs " sommets ", à devenir des êtres résilients et innovateurs, voici un but aussi clair que l'atteinte d'un sommet enneigé. Il a inspiré plus de 250 000 personnes en plus de 750 conférences prononcées au Canada et à travers le monde, dans des endroits aussi prestigieux que la NASA ou simplement à l'école primaire du quartier. Les jeunes  occupent d'ailleurs une grande place dans sa vie : aller à leur rencontre, leur transmettre un message d'espoir, les aider à croire en leurs rêves, les motiver à rester sur les bancs d'école. Ils font face à de nombreux défis, il faut simplement prendre le temps de l'écouter. Il accompagne d'ailleurs des groupes de jeunes du grand nord dans deux expéditions, une en Cordelière des Andes au Pérou en 2011 et l'autre au Népal en 2014.
 
 Tant de fait et tant à faire ; laissons-les marcher devant, et nous découvrirons des horizons insoupçonnés? " - B.V.
 
À L'Angélaine, nous pouvons témoigner de la grande générosité de Bernard Voyer. Il nous fait le plaisir, presqu'à chaque année de sa présence au Salon Des Métiers d'Art de Montréal. Il y vient pour y rencontrer les gens, mais aussi pour les écouter. Il signe et dédicace des boîtes de chaussettes pour le plus grand plaisir des visiteurs présents à notre stand. À tous les ans, Michèle, propriétaire de L'Angélaine, revient du Salon avec en mémoire ses belles rencontres avec l'explorateur!
Michèle et Bernard

Bernard Voyer, explorateur, et Michèle Hamelin, propriétaire de L'Angélaine.

 
Si vous passez par Rimouski?
 
Bernard Voyer : l'explorateur, l'aventurier, l'alpiniste, le skieur nordique, l'homme du monde, le pédagogue, le conférencier, l'environnementaliste, l'humaniste. Il a surmonté ses peurs et il a eu le courage de réaliser ses rêves en faisant face au froid, au vent, aux éboulis, aux avalanches, aux ours polaires, aux crevasses et à la mort. Tout ça dans un esprit d'humilité envers la nature qui l'entoure, conscient que la vie ne tient qu'à un fil dans ces environnements hostiles qu'il a visités. Vous comprenez maintenant pourquoi nous voulons faire connaître et reconnaître la valeur de cet homme exceptionnel?!
 
Beaucoup de qualificatifs peuvent servir à décrire Bernard Voyer, mais s'il n'y en avait qu'un seul, ça serait " amoureux " : amoureux du froid, amoureux de l'hiver et amoureux de la vie!
Si vous passez par Rimouski, faites un détour par le sentier Bernard Voyer qui mène au Rocher Blanc, le premier qu'il ait escaladé. Peut-être, en arrivant à son sommet, aurez-vous le désir vous aussi de vous dépasser et de franchir votre propre ligne d'horizon!
 
" Rêver, se lever et agir ".
Signature Bernard voyer
 
 
Vous désirez recevoir Bernard Voyer comme conférencier dans votre entreprise, dans votre école ou dans votre communauté?  Visitez son site internet  pour avoir plus d'informations.
Référence :
 
Site internet de Bernard Voyer : https://www.bernardvoyer.com/
 
 
Revue Profil, printemps 2004, entrevue et texte de Gabriel Berberi :
https://www.fcfq.coop/chroniques/bernard-voyer-par-dela-horizon-134/
 
N'hésitez pas à partager ce texte si vous l'aimez!